Plusieurs promoteurs immobiliers chinois se retrouvent dans une situation comparable à celle d’Evergrande

Evergrande : la chute d’un géant de l’immobilier chinois

Le rêve d’ascension et de gloire de Xu Jiayin, fondateur du groupe Evergrande, a viré au cauchemar. Surnommé Hui Ka Yan à Canton et Xu Jiayin à Pékin, cet homme issu d’un petit village du Henan est passé du statut d’ingénieur prometteur à celui d’homme d’affaires milliardaire. Mais aujourd’hui, il est retenu par la police et son empire est sur le point de s’effondrer.

L’agonie d’Evergrande

Après l’annonce de l’interpellation de Xu Jiayin, la cotation des entités d’Evergrande à la Bourse de Hongkong a immédiatement été suspendue. Le groupe, deuxième plus important promoteur immobilier de Chine, est asphyxié par une dette colossale de près de 307 milliards d’euros. Sa possible liquidation sera décidée lors d’une audience judiciaire prévue le 30 octobre.

Un secteur en crise

Evergrande n’est pas le seul géant de l’immobilier à se retrouver au bord de l’abîme. Country Garden, Sunac et bien d’autres sont également prisonniers de leurs dettes. Les autorités chinoises ont durci les conditions de crédit pour punir les magnats de l’immobilier qui se sont comportés en maîtres du monde. Mais la crise du Covid-19 et la perte de confiance des acheteurs ont précipité leur chute.

Une double peine

Pour aggraver encore la situation, la politique monétaire chinoise joue également contre eux. Plus d’un quart de la dette d’Evergrande est libellé en dollars, tandis que le renminbi, la monnaie chinoise, est à son plus bas niveau par rapport au dollar depuis seize ans. Résultat : des pertes de change et des liquidités plus difficiles à trouver.

Un secteur sous haute surveillance

Moody’s, l’agence de notation, a dégradé l’ensemble du secteur immobilier chinois. Pékin ne peut pas se permettre de modifier sa politique de taux bas pour complaire à quelques magnats en difficulté. Cependant, le gouvernement suit de près cette affaire qui pourrait aggraver la situation d’un secteur qui représente plus d’un quart de l’économie nationale. Pour Xi Jinping, les belles histoires comme celle de Xu Jiayin appartiennent désormais au passé.

Retour en haut